Apollo 11, le documentaire du dépassement

Comment échapper au spectacle lamentable d'un humanité de rampants, empêtrés dans de querelles intestines qu'ils reconduisent sans cesse en dépit de la démonstration flagrante que l'Histoire leur en donne de la futilité ; enfin merde, se faire la guerre pour s'accaparer un bout de territoire ? pour imposer ses idées, ou pire, ses valeurs, voire, plus pathétique encore, sa religion ? A défaut de parvenir à coexister paisiblement avec autrui, ne viendra-t-il à l'esprit de personne de vivre et mourir sagement dans son coin ? Quand se faire oublier sera-t-il enfin érigé en principe de vie ?
Paradoxalement, c'est quand elle s'est ainsi abaissée sous l'animal, ou pour le dire très opportunément, lorsqu'elle est tombée plus bas que terre, que cette humanité semble trouver le ressort nécessaire pour s'élever au-dessus d'elle. C'est du moins ce que donne à voir l'aventure de la conquête spatiale, qui est avant tout le produit du génie de la guerre. De fait, si l'on veut bien admettre que l'Humanité est animée de la rage de se répandre, alors la guerre est bien cet accélérateur de l'Histoire que décrivait Lénine, et pour aussi lamentable que ce soit, il faut admettre qu'au fond, elle nous sert. Ruse de l'Histoire, dira-t-on.
Ainsi, c'est alors que la guerre froide bat son plein que l'Amérique va trouver l'énergie de s'ébrouer enfin. Humiliée par les réussites de l'URSS, d'autant plus insolentes que la dictature exercée par le Kremlin lui permet de (faire) taire tous ses échecs, elle se lance à son tour dans la conquête spatiale et parvient, le 20 juillet 1969, à faire vivre à l'Humanité un moment, ce pourquoi elle demeure encore à ce jour une nation indépassée : dans le respect des hommes, car Apollo n'est pas un radeau de la Méduse jeté en pleine mer, en arracher à cette Terre pour les faire marcher sur la Lune.
Continuer la lecture de "Apollo 11, le documentaire du dépassement"
Apollo 11, le documentaire du dépassement

Fessebouc, l’Internet des neuneus ?

L'affaire Cambridge Analytica se définit avant tout par l'empressement avec lequel les médias mainstream ont communiqué sur la question de la propriété des données personnelles, contribuant à la constituer en problème auquel les pouvoirs publics sont invités à apporter sur le champ une solution.
Facebook, the leaking ship
L'histoire dira si cette affaire est le scandale qu'on prétend.
Dans sa version de base, des universitaires pervertis par l'appât du gain auraient siphoné les comptes de millions d'utilisateurs de Fessebouc au moyen d'un subterfuge, puis utilisé ces données pour déterminer le message à tenir selon le subconscient d'électeurs, lequel moyen aurait permis de piloter la campagne d'un démagogue, ce qui aurait déterminé l'élection de ce dernier au poste de leader du monde libre. Naufrage de l'Humanité.
Comme on le voit en la présentant ainsi, l'histoire tient du récit mythologique. C'est les hommes précipités dans le malheur par ceux d'entre eux qui ont accédé au moyen de les agir comme des dieux.
Mise à jour du 06/04/2018 : Découvrant ici (via l'excellent Hacker News) que l'université de Berkeley propose gratuitement un cours de Data Science (Data 8X) aux profanes, je le recommande à ceux qui voudraient faire l'effort de s'instruire.
Mise à jour du 17/04/2018 : Découvrant ici que Fessebouc-émissaire est désormais chargé de tous les maux d'Internet car il est solvable, je rajoute un petite section sur les précautions à prendre par l'internaute lambda pour protéger un peu sa vie privée quand il navigue sur le Web.
Mise à jour du 15/08/2018 : Ajout de Decentraleyes au rang des extensions à installer.
Mise à jour du 14/03/2020 : A partir de la version 74, ceux qui utilisent Firefox seront invités à installer l'extension Facebook Container. A défaut de prendre les précautions prodiguées ici, c'est toujours ça de pris.
Continuer la lecture de "Fessebouc, l’Internet des neuneus ?"
Fessebouc, l’Internet des neuneus ?

Une brève archéologie des diskmags sur Amiga

L'histoire de la micro-informatique est avant tout celle des micro-informaticiens. A ce titre, elle peut être notamment documentée à l'aide des témoignages publiés par les fanas des technologies qui se sont succédé. Avant l'avènement du Net, c'est par notamment le moyen de fanzines sur disquettes que de tels témoignages ont pu circuler. Une brève archéologie des diskmags produit par la communauté Amiga à la fin des années 80 démontre la richesse du matériau disponible.
Quelques splash screens de diskmags sur Amiga
Mise à jour du 24/07/2018 : Ceux que le sujet intéresse sont invités à lire les articles "All mags are alike" et "Discmags = DELAYS!" publiés dans R.A.W. #3 en 1992. Ils éclairent de manière fort intéressante d'autres aspects du petit monde des diskmags sur Amiga, alors en pleine ébullition.
Continuer la lecture de "Une brève archéologie des diskmags sur Amiga"
Une brève archéologie des diskmags sur Amiga